Simplicité

Faire de sa vie une chose simple et droite.

Etre soi-même simple et droit.
Je ne veux pas faire de culte, ce matin. 
Le plus beau culte que nous puissions offrir à Dieu, c'est notre joie, et puis ce grand effort qui nous pousse, jour après jour, à vivre mieux. 
Montez vers les sapins; et lorsque vous serez seules et tranquilles, offrez à Dieu l'adoration qui chante en vous et la joie bondissante qui rend vos jours légers. · 
Le plus beau culte que nous puissions offrir à Dieu, c'est notre joie, et puis ce grand effort qui nous pousse, jour après jour, à vivre mieux. 
Mais puisque nous sommes ensemble et puisque c'est dimanche, oublions un instant ce que nous avons à faire, tous nos travaux et tous nos jeux, et pensons à notre vie. 
Cette vie que nous avons reçue, dont une partie est déjà vécue, dont une autre nous reste à vivre encore, et qui s'écoule, heure après heure, si doucement, que parfois nous oublions qu'elle doit finir. 
Ta vie ... 
Dis-moi, que veux-tu faire de ta vie?
Le poète répond: « Que je fasse seulement de ma vie une chose simple et droite, semblable à une flûte de roseau que tu puisses emplir de musique. » 
Faire de sa vie une chose simple et droite. 
Etre soi-même simple et droit. 
Simple, comme les fleurs des champs et comme les herbes. 
Elles poussent les unes à côté des autres. Leurs corolles et leurs tiges se confondent, mais elles ne changent pas de type, ni de couleur, ni de parfum: le trèfle rouge reste rouge; et la sauge bleue reste bleue; et le barbadian jaune reste jaune; et les petits cœurs de brises tremblent toujours, tandis que les avoines plus ,hautes s'inclinent; tandis que les dactyles, plus fermes se dressent.
Et depuis le jour où elles sont sorties de graine et de terre, jusqu'au jour où elles s'effeuillent et se fanent, les fleurs et les herbes restent fidèles à elles-mêmes, au type qu'elles ont reçu.
Et si vous les cueillez, ou si quelqu'un d'autre passe pour les prendre, c'est toujours la même chose. Les fleurs ne changent pas, ni les herbes. Elles offrent leurs corolles épanouies à la main sale qui se tend pour les prendre, et à la main propre. Elles gardent la même couleur et le même parfum devant un pauvre et devant un riche; devant un enfant et devant un adulte.
Les fleurs ne changent pas; ni les herbes. 
Elles sont ce qu'elles sont: trèfle rouge ou scabieuse mauve; sainfoin rose ou genêt jaune; clochette bleue ou marguerite blanche. 
Et vous aussi soyez simples connue les fleurs des champs et comme les herbes. 
Restez fidèles à vous-mêmes. 
N'ayez qu'une couleur à travers la vie; un seul et même parfum. 
Ne changez pas chaque jour. 
Ne soyez pas rouges dans votre famille; bleues avec vos amis et jaunes à votre travail. 
Soyez simples... . 
Toujours la même chose; partout la même chose.
Ne venez pas à moi, souriantes et gracieuses si une heure auparavant vous avez été détestables avec quelqu'un d'autre. 
Ne soyez pas actives et travailleuses ici, au camp, et puis, molles et paresseuses chez vous, à la maison. 
Ne soyez pas bonnes avec les uns; mauvaises, avec les autres. Polies, ici - grossières, là. Douces aujourd'hui et violentes demain. Propres le dimanche - et sales les autres jours.
Regardez les fleurs des champs. 
Elles n'ont qu'une couleur à travers toute leur vie ; un seul et même parfum.
Soyez simples. 
Toujours la même chose ; partout la même chose. 
Qu'on ne vous rencontre par un jour avec deux tresses, une petite robe et des sandales, et le lendemain, avec une coiffure compliquée, des frisons et des frisottons; des souliers à hauts talons et une robe étrangement serrée.
Soyez simples. 
N'ayez pas deux vies.
Ce que tu ne peux faire devant tes camarades et devant tes chefs, il ne faut pas non plus que tu le fasses derrière leur dos. 
Et ce que tu ne peux dire à haute voix, il ne faut pas non plus le chuchoter en cachette.
Soyez simples. 
Ne soyez pas doubles. 
Ne changez pas selon le lieu où vous vous trouvez et suivant les personnes avec lesquelles vous êtes.
Regardez les fleurs des champs et les herbes. 
Qu'elles soient seules ou qu'elles soient plusieurs, qu'on les regarde ou qu'on ne les regarde pas, c'est toujours la même chose. 
Elles n'ont qu'une couleur à travers toute la vie; un seul et même parfum.
Etre toujours la même chose, et faire de sa vie une chose simple et droite semblable à une flûte de roseau où passent les sons les plus doux et les notes les plus graves. 
Il n'y a là, ni contours, ni détours, ni secrets: rien qu'une ligne droite et le souffle qui passe...
« Que seulement je fasse de ma vie, une chose simple et droite, semblable à une flûte de roseau que tu puisses emplir de musique. »

Livre de Lézard